La solitude du responsable

vendredi 21 novembre 2014






Lors d'une prise de poste, tout responsable est souvent confronté à des sentiments ambigus .
- La solitude
Son employeur lui a fait confiance parce qu'il dispose d'une ou plusieurs qualités distinctives comme le volonté, le talent ou la compétence.
Il va assumer un niveau de fonction différent avec une dimension plus globale , managériale  nouvelle pour lui en plus de la dimension technique (opérationnelle ) initiale.
Il devient la personne "la plus responsable " de l'entité dont il a la charge(service, département,direction ou projet transverse) et il va s'isoler avec le danger de croire que ce n'est que dans la solitude qu'il va y arriver.
-L'imposture
Il peut aussi se dire : je ne suis pas compétent  et je suis le seul à le savoir, maintenant que j'occupe ce poste les autres vont le savoir.
C'est ce que V.Lenhardt appelle "le complexe de l'imposteur"

IL  va alors dénier son besoin d'aide et n'ose pas en parler au niveau de l'entreprise , ce qui risque d'être interprété comme un signe d'incompétence ou de faiblesse et un manque d'autonomie.
Et ses proches qui ne connaissent pas assez bien son environnement professionnel et qui vont manquer d'objectivité à cause du lien affectif , ne peuvent pas l'aider valablement.

J'ai  eu fréquemment à traiter ce type de situation avec  des femmes notamment à travers un accompagnement sur mesure basé sur:
-L'écoute
-La prise de conscience du véritable potentiel et des angles morts
-L'aide à l'élaboration de solutions propres à chacune ou chacun. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

 

Inscrivez-vous à notre newsletter

Entrez votre e-mail pour vous inscrire à notre newsletter:

Comment se passe un coaching